top of page

Quand la Pâtisserie rencontre le CPF : un cocktail sucré-salé d'humour et de leçons d'affaires

Dernière mise à jour : 12 juin 2023

Je suis ravi de te présenter une toute nouvelle rubrique sur mon blog, intitulée "Les Péripéties de l'Entrepreneuriat". À travers cette série d'histoires, je souhaite partager avec toi les aventures et les mésaventures du monde de l'entreprise. L'idée est de te sensibiliser aux différentes situations auxquelles tu pourrais être confronté(e) et, ainsi, t'aider à mieux naviguer dans tes propres projets.

Dans ces histoires rocambolesques, je puise mon inspiration à la fois dans des expériences réelles et dans mon imagination débordante.Chaque récit est fictif et ne représente pas une situation unique, mais sache que certaines péripéties sont belles et bien tirées de la réalité. 

Pour cette première histoire, je te présente : "La Comédie Pâtissière et le CPF : un gâteau à la saveur inattendue". Prépare-toi à déguster un récit savoureux qui met en scène des personnages hauts en couleur, où l'humour et l'autodérision viennent alléger les tracas du monde professionnel. Alors, installez-vous confortablement et laissez-vous embarquer dans cette délicieuse histoire !


La Comédie Pâtissière du CPF : un gâteau aux saveurs inattendues

Il était une fois, dans une charmante école de pâtisserie dirigée par un couple sympathique, votre humble serviteur officiait en tant que formateur pâtissier. Notre collaboration se déroulait dans la joie et la bonne humeur, sans contrat signé, et notre relation était aussi fluide que du chocolat fondu à 30°C. De plus, les formations étaient éligibles au CPF, ce fameux Compte Personnel de Formation, rendant l'aventure encore plus exquise.


Un beau jour, une opportunité alléchante s'est présentée : j'allais donner un cours de pâtisserie chez eux, en collaboration avec la femme pâtissière, au cours de ce mois d'avril.


J'étais prêt à émerveiller le monde avec mes talents, mais voilà que mon dos, tel un joyeux farceur, a décidé de me jouer un tour et de me lâcher. Sans hésiter, j'envoie un message pour les prévenir de mon éventuelle rencontre impromptue avec mon canapé et mon oreiller.


Le mari, dans un élan de passion théâtrale, me menace de représailles, tandis que la femme, jouant la comédie à la perfection, me réclame une attestation médicale.

Quelle belle mise en scène !...

Je les imagine en train de rire aux éclats derrière leur écran, me suspectant peut-être de danser le tango avec mon chat.

Dans un élan de bonne humeur, je leur envoie un message vidéo pour expliquer que je ne peux plus coopérer avec eux, car il est temps de remettre un peu de légèreté dans notre histoire.


Les relations avec l'école prennent alors un virage plus glacé, digne d'une comédie romantique où les protagonistes se boudent avant de se réconcilier.


Les échanges de mails se transforment en une parade épistolaire pleine d'humour et de piquant, où ils finissent par me réclamer de l'argent pour le préjudice subi.


Le conseiller du couple se joint à la danse, m'envoyant un mail détaillé les chagrins de ses clients et les sommes que je leur serais redevable.

Quelle entrée en scène !...

On aurait dit un mélange de vaudeville et de comédie musicale.


Avec un sourire malicieux, je réponds à leur courriel en leur rappelant, avec une pointe d'ironie, que notre collaboration était bâtie sur un socle solide de confiance mutuelle, et qu'il m'était difficile de comprendre pourquoi je devrais sortir mon porte -monnaie pour régler ces sommes.


Puis, dans un élan de bonne humeur contagieuse, je leur propose, avec un clin d'œil, de prendre la voie des tribunaux s'ils estimaient que leur réclamation valait son pesant d'or.

Ainsi, notre histoire pourrait devenir une véritable comédie judiciaire où les rires fusent et les rebondissements sont inattendus !

Au final, cette histoire se transforme en une comédie enjouée où les personnages se perdent dans des querelles cocasses et des malentendus, et où l'humour joyeux sert à adoucir les angles et à rappeler que, finalement, la vie est une farce dont il faut rire.


Alors, que l'on parle de CPF ou de contrats, l'important est de toujours garder le sourire et de savourer chaque instant de cette aventure pâtissière.


Et voilà, cher lecteur, la fin de cette première histoire rocambolesque : "La Comédie Pâtissière et le CPF : un gâteau à la saveur inattendue". J'espère que ce récit t'a diverti et, peut-être, enseigné quelques leçons sur les aléas de l'entrepreneuriat. N'oublie pas que la suite de cette série d'histoires arrivera très bientôt, pour encore plus de péripéties et d'éclats de rire !

Si tu as aimé cette histoire, ou si tu t'es reconnu(e) dans l'un de ces personnages truculents, n'hésite pas à me le faire savoir sur mon compte Instagram. Tes retours et tes commentaires sont précieux, et ils m'aideront à peaufiner les prochains épisodes pour les rendre encore plus savoureux. Alors, à très bientôt pour le prochain épisode, et en attendant, continuez à rire et à profiter des aventures que nous annoncerons au monde de l'entreprise !


Comments


bottom of page